Category: ontario

New Canadiana :: Clara Engel – Ashes and Tangerines

Clara Engel - Ashes and Tangerines

Some music seems too big for itself. Like an ancient encyclopedia with entries on folk, blues, post-punk, opera, and chamber music that sits on a shelf next to a pretty little wilting plant on one side and lonely fish in a bowl on the other — and you wonder how that tome doesn’t bring the whole bookcase crashing down. So big are the sounds here, so crackling with emotion that the perfect place to see it live would be somewhere old and wooden: a huge hall usually saved for ceremonies, lit by hundreds of candles, flickering and warm. Or, if not live, then as a soundtrack to a movie that takes place in a very old, grey city, where two lovers lose each other and have to spend a cold night wandering the wet streets searching for the other. It would be autumn, and most of the citizens of this city would also be cold, but some kind souls would extend their hands in help. In the end the lovers would find one another, but not after losing something else that they could never get back.

Certains genres de musique semblent trop vastes pour ce qu’ils sont. Imaginez ceci : reposant sur une étagère entre une plante fanée et un poisson rouge dans un bocal, une vieille encyclopédie remplie de fiches sur le folk, le blues, le post-punk, l’opéra et la musique de chambre, tellement massive que c’est à se demander quelle force divine maintient l’étagère au mur. La scène parfaite pour écouter une représentation de cette musique si vive, si débordante d’émotions serait un vieux hall habituellement réservé aux cérémonies où des centaines de chandelles projettent leur lueur chaude et crépitante sur ses murs faits de bois. Autrement, on pourrait l’imaginer comme la trame sonore d’un film qui se déroule dans une vieille ville grisâtre, où deux amants passent une froide nuit d’automne à errer en clapotant dans les rues mouillées à la recherche l’un de l’autre. Étant donné la saison, la plupart des habitants seraient aussi froids que la nuit, mais il y aurait quand même quelques bons samaritains prêts à donner un coup de main. À la fin, les amoureux seraient réunis, mais non sans sacrifier pour de bon quelque chose qui leur est très cher.


Clara Engel – Raven


Clara Engel – Marrow Bone

Video :: Spectre – “On the Telephone”

Spectre - "On the Telephone"

The femme fatale. The mysterious briefcase. The panicked payphone call. This video for Spectre’s “On The Telephone” is packed with all the key elements of a critics’ choice thrill ride. Director Kai Davey-Bellin, teaming up with two video vets, utilizes non-linear chops to drive the narrative in this dialogue-free flick. The cinematic intrigue intensifies with repeated views as you slip deeper into this story of deceit and despair.

La femme fatale. La mallette mystérieuse. L’appel paniqué depuis un téléphone public. Le vidéo de la chanson «On The Telephone» de Spectre rassemble tous les éléments clés d’un thriller qui plaît aux critiques. Le réalisateur Kai Davey-Bellin, associé à deux vétérans du vidéo, utilise des techniques non linéaires pour faire avancer le récit dans ce film sans dialogues. L’intrigue cinématographique s’intensifie à chaque visionnement, alors que vous glissez plus loin dans cette histoire de duperie et de désespoir.

New Canadiana :: Clarinet Panic Deluxx – No Tasseomancy

Clarinet Panic Deluxx - No Tasseomancy

It’s strange that this album is called No Tasseomancy. Often lines of sound follow different time signatures only to meet together abruptly and divide again. It is the synchronicity of events leading to an inevitable outcome. Much like the intuitive mysticism of tea leaf readers, this music finds tiny dots of connection in the chaotic movements of the universe. Maybe the movement away from tasseomancy conveys a forethought of the composer(s). No matter, it’s a thoughtful sound.

Il est étrange que le titre de cet album soit No Tasseomancy. Souvent, les ondes sonores se propagent dans différentes directions ne serait-ce que pour venir se croiser soudainement, puis se séparer à nouveau. C’est la synchronicité des évènements menant à un résultat inévitable. Comme le mysticisme intuitif des devins qui lisent dans les feuilles de thé, cette musique parvient à trouver de minuscules points de jonction au cœur des mouvements chaotiques de l’univers. Peut-être cette négation de la tasséomancie nous dévoile-t-elle une certaine prévoyance de la part du/des compositeur(s). Peu importe, il s’agit bien d’un son réfléchi.


Clarinet Panic Deluxx – No Tasseomancy


Clarinet Panic Deluxx – De-Troit

New Canadiana :: Thantifaxath – Sacred White Noise

Thantifaxath - Sacred White Noise

The debut album from Torontonian black metal wizards Thantifaxath is as easily digested as a near-death experience. With every depraved howl and rhythmic contortion, the anonymous three-piece hurl the listener headlong towards eternity’s void. As the paralyzing sense of one’s finitude looms ever-larger, the Dark Mother rears her head, beckoning with a bloody tongue. What follows is a searing blur of rapturous agony. Now left bodiless and forlorn, the soul seeks refuge in an ocean of wisdom left to dry up long ago. This is the culmination of every nervous glance, every humiliation, every trial of humanity. Perhaps it is not a fear of the end that perpetuates our anxieties but a fear that the end will not come soon enough.

Thantifaxath, le premier album des magiciens black-metalleux torontois, est aussi agréable pour l’estomac que de frôler la mort. Avec chaque hurlement dépravé et chaque contorsion rythmique, ce trio anonyme projette l’auditeur tête première vers le néant de l’éternité. Alors que cette paralysante réalisation que la fin est imminente devient de plus en plus palpable, la Mère Sombre fait son entrée et séduit de sa langue ensanglantée. S’ensuit un flash brûlant d’exquise agonie. Laissée sans joie ni enveloppe corporelle, l’âme se réfugie dans un océan de sagesse asséché depuis longtemps. Ceci est la culmination de chaque regard nerveux, chaque humiliation, chaque épreuve à laquelle on a dû faire face. Peut-être que ce n’est pas une peur de la fin qui perpétue nos anxiétés, mais bien la peur que celle-ci ne vienne pas assez vite.

Thantifaxath – Gasping in Darkness

Thantifaxath – The Bright White Nothing at the End of the Tunnel

Far Shores // Ex Libris :: Exploding Motor Car – The Public Slaw

Exploding Motor Car - The Public Slaw


Andrew Zukerman – The Public Slaw (pt 1)

The Public Slaw overloads and overwhelms the senses with a splice ’n’ diced opus of gastric proportions. Andrew Zukerman and Winston Hacking, the bugged out brains behind Exploding Motor Car, send this short film, soundtrack and accompanying book on a crash course into scrambled pleasure centres. From the vibrant vignettes of its opening section (kung fu pandas, puppies, and one perplexed vampire) to the b&w cool-out at its close (dancer Minae Omi shrouded in monochrome) this ADHD A/V farrago will leave its viewers finely shredded.

The Toronto premiere and book launch of The Public Slaw takes place Friday, Sept. 12 at 811. More information here.


Andrew Zukerman – The Public Slaw (pt 1)

The Public Slaw sature et submerge les sens avec un opus-fricassée aux gourmandes proportions gastriques. Andrew Zukerman et Winston Hacking, les cerveaux irrités derrière Exploding Motor Car, ont envoyé ce court film accompagné d’une trame sonore et d’un livre, véritable cours intensif de plaisirs brouillés. Des thématiques vibrantes titillent l’appétit dès l’ouverture (kung fu pandas, animaux cutes, et un vampire perplexe) jusqu’à la période de relaxation finale, une image en noir et blanc de la danseuse Minae Omi enveloppée de monochrome. Ce fractal hyperactif audio-visuel laissera le lecteur finement haché.

The Toronto premiere and book launch of The Public Slaw takes place Friday, Sept. 12 at 811. More information here.

Far Shores :: Rebecca Fin Simonetti – Knife Play

Rebecca Fin SimonettiRebecca Fin Simonetti

Taking pause outside the mayhem of Dundas West’s Friday night bar crowds, Le Gallery acts as a portal transporting you into Rebecca Fin Simonetti’s imagined world. You have made it to the afterlife, the waiting room of Fin’s purgatory. Her darkly dystopic and psychedelic visions create a kind of intoxicating limbo, where myriad forms pull the viewer into an alternate reality of savage girlhood run amok.

Prison markings scrawled on the wall create a kind of mind map of desperation. In the corner, a taxidermied goat hangs suspended from the ceiling above a cluster of objects, acting as a spirit guide that guides the viewer through a translucent doorway.

In the next room, illuminated stained glass tombstones are laid out in graveyard rows facing a suspended screen that loops Fin’s haunting video for “Anin”. The video, shot with military surveillance cameras, features the artist and a collection of girls moving around a darkened industrial space, climbing over top of one another, vomiting a mysterious milky fluid, spray painting the names of girls in tombstones on walls: Violet, Suyin, Anne, Amy…
Rebecca Fin Simonetti
In framed drawings found past the screen, swarms of young women climb over barren landscapes and the detritus of recognizable elements from our own world: dilapidated chain-link fences, abandoned cars, a swan boat by the river bank. Black garbage bags are piled up beside an opulent princess bed; deceased animals hang from the sky or lay on the ground, covered in flowers and plant life, limbs inexplicably missing. Seeming like the haunting but not quite grisly aftermath of some war, we are left to wonder if this world is not just a projection of the characters within it. If this is meant to project a future reality, then it begs the question: what happened here?

The chiming, ghostly and indecipherable Anin moves time in multiple directions. This is the anthem to a death march that plays quietly in the back of our own minds, in waiting rooms, on solitary walks, in the moments before we fall asleep at night. Bittersweet but not saccharine, Knife Play shows us the most beautiful kind of Memento Mori. As the fiction of Fin’s imagined girls remind us, well all must face our own inevitable demise. It is the vulnerability of these sickly, wild and wretched girls that makes this reminder all the more tragic.

Juste hors du désordre des foules du vendredi soir qui fréquentent le bar de la rue Dundas Ouest, Le Gallery sert comme portail qui t’achemine à l’intérieur du monde imaginaire de Rebecca Fin Simonetti. Tu as transcendé à l’au-delà, la salle d’attente du purgatoire de Fin. Ces visions psychédéliques et sombrement dystopiennes créent un type de flou enivrant où des myriades de formes tirent le spectateur dans une autre réalité où la jeunesse d’une fille devient incontrôlable.

Des gribouillages griffonnés sur le mur d’une prison créent une sorte de carte du désespoir. Dans le coin, une chèvre empaillée est suspendue du plafond au-dessus d’un assortiment d’objets, servant de guide spirituel qui amène le spectateur à travers une porte translucide. Dans la pièce à côté, des pierres tombales en verre, tachées, sont ordonnées comme dans un cimetière, face à un écran suspendu sur lequel la vidéo troublante for « Anin » passe en boucle interminable. La vidéo, qui a été filmée avec une caméra de surveillance militaire, présente l’artiste avec un groupe de filles qui se déplace autour d’un sombre espace industriel, grimpant l’une sur l’autre, vomissant un mystérieux liquide laiteux, aspergeant de peinture à la bombe les noms des filles sur des pierrestombales peintes sur les murs : Violet, Suyin, Anne, Amy…

Rebecca Fin Simonetti

Dans des dessins encadrés trouvés passé l’écran, des masses de jeunes femmes grimpent au-dessus de paysages stériles et de détritus d’éléments qu’on reconnait de notre propre monde : des grillages délabrés, des voitures abandonnées, un bateau en forme de cygne qui s’est échoué sur la rive. Des sacs-poubelle noirs sont entassés à côté d’un lit de princesse somptueux; des animaux décédés sont suspendus du ciel ou posés sur le sol, recouvertes de fleurs et autres types de plantes, leurs membres manquants, sans explication.

Un peu comme la suite obsédante, mais pas tout à fait atroce, des conséquences d’une quelconque guerre, nous devons nous demander si ce monde n’est pas simplement la projection des personnages qui y habitent. Si ces images ont été conçues pour prévoir la réalité du futur, une question se pose : « Qu’est-ce quis’est passé ici ? »

Anin, un être fantomatique, indéchiffrable, arrive à changer le temps et à le diriger dans différentes directions. Cela devient un hymne, comme une marche funeste qui se déroule dans notre esprit, dans les salles d’attente, dans des marches en solitaires, dans les moments avant de tomber endormi. Douce-amère, mais pas sirupeuse, Knife Play nous démontre la plus belle réalisation de notre memento mori. Comme ces filles imaginées par Fin nous le rappelle, nous devons tous faire face à notre propre disparition. C’est bien la vulnérabilité de ces filles chétives, sauvages, qui rend ce rappel d’autant plus tragique.

New Canadiana :: Andy Lajeunesse – Hornet

Andy Lajeunesse - Hornet

It’s amazing how quiet our loudness can be. Emerging from Ontario’s furtive regionality, Andy Lajeunesse’s Hornet is tracheo-metric; a precise incision in our northernly airway, inhaling deeply from our mediated smog. Thematically oriented around the diverse nature of human interaction, it is the industrial successor to our pastoral upbringings. With found-sounds spanning the cryptic banter of ornithological caterwauling to the mechanical palpitations of conveyor belt ambience, Lajeunesse proffers an attic-level view of our careening incarnations as anthropocentric-mechanistic beings living at the bruised point between city and scenery. Existing hyperbarically, this testament to the indecipherability of robo-cratic geo-love is subtle in its insinuations, hinting at the malformed offspring of cottage-life metropolitanism. With a battery-powered toothbrush made of twigs and lichen, Hornet resonates at frequencies heard with one ear on the ground and the other against the engine musings of an 85-cylinder penny-farthing.

Il est étonnant comment nous pouvons être tranquilles en étant bruyants. Hornet par Andy Lajeunesse émerge de la régionalité ontarienne furtive et est trachéo-métrique : une incision précise dans nos voies respiratoires nordiques, inhalant profondément de notre smog arbitré. Orienté de façon thématique sur le caractère divers des interactions humaines, il s’agit d’un successeur industriel à notre éducation autrement pastorale. Des sons retrouvés qui font le tour du badinage cryptique du miaulage ornithologique aux palpitations mécaniques d’une ambiance de tapis roulant, Lajeunesse offre un point de vue niveau grenier de nos incarnations oscillantes en tant qu’êtres mécanistes anthropocentriques vivants sur le point contusionné entre la ville et le paysage. En existant de façon physique, ce testament à l’indechiffrabilité de l’amour géo robo-cratique est subtil en ce qui a trait à ses insinuations faisant allusion à la progéniture mal formée du métopolitanisme vie-de-chalet. Avec une brosse à dents à piles façonnée de brindilles et de lichen, Hornet résonne aux fréquences entendues avec une oreille à terre et l’autre contre les rêveries du moteur d’un bicycle à 85 cylindres.


Andy Lajeunesse – Glacier


Andy Lajeunesse – Sunset Television

New Canadiana :: Wolfcow – This Was Wolfcow

Wolfcow - This Was Wolfcow

Greydyn ‘Wolfcow’ Gatti and co. unleash a cacophony of Casio in this cathartic mix of order and catastrophe. Pop melodies are shrouded amidst fuzzy synths as Gatti shout-sings echoing vocals. This is Wolfcow is intentionally clumsy, disjointed and non-thematic, yet linear in style and consistency. Heavy use of reverb makes everything sound slightly out of reach; background sound serving as foreground. The roster of helping hands from Toronto’s finest include Randall Gagne a.k.a. Man Made Hill, Dave Evans of the Soupcans, and Julie Reich of Bile Sister. These 21 tracks in the two-minute range play like a sampling of fuzzy nuggets. Where do they begin? Where do they end? Who is ‘’Old Horrible Hands’’? Where am I?

Greydyn « Wolfcow » Gatti et compagnie produisent une cacophonie de Casio dans ce mélange cathartique d’ordre et de chaos. Les mélodies pop sont enveloppées de synthétiseurs fuzz, et les cris chantés de Gatti résonnent en écho. This is Wolfcow est intentionnellement maladroit, disjoint et sans thème, mais reste pourtant linéaire au niveau du style et de la cohérence. L’utilisation abondante de réverbérations fait que tout semble hors de portée, avec des sons d’arrière-plan au premier plan. L’équipe comprend quelques-uns des meilleurs musiciens et musiciennes de Toronto, dont Randall Gagne alias Man Made Hill, Dave Evans de Soupcans, et Julie Reich de Bile Sister. Ces 21 chansons d’environ deux minutes sont comme un échantillon de pépites fuzz. Où commencent-elles? Où finissent-elles? Qui est « Old Horrible Hands »? Où suis-je?


Wolfcow – Chromes Of Fantasy


Wolfcow – Hot Pooches in Oil

New Canadiana :: Wolfcow – Satanic Vacation

Wolfcow - Satanic Vacation

It turns out the hellish lifestyle is pretty easygoing. Changes of the weather tend to put things in perspective, and down here’s smooth sailing, alright. Nothing to fear, you have all the time in the world starting now to live your desires because reality is a lie. Your guide Wolfcow has wandered through new and occasionally brutal climes—the eternal synth fiend finding you just when you thought it was all over, both of you forming a psychic connection in that instant. Something shimmers in the dark… you’re getting warmer, sinking deeper, and you know the heat source is beneath for there is nothing higher…

Il s’avère que le style de vie d’enfer est assez décontracté. Les changements de météo ont tendance à mettre les choses en perspective, et l’eau est bien calme ici. Mais, vous n’avez rien à craindre : à partir de maintenant, vous avez tout le temps d’accomplir vos désirs, car la réalité est un mensonge. Votre guide Wolfcow a erré dans des cieux nouveaux et parfois brutaux, le démon éternel du synth vous retrouvant lorsque vous pensiez que tout était perdu, formant avec vous une connexion psychique en cet instant. Quelque chose brille dans la noirceur… vous vous sentez plus chaud, vous vous enfoncez plus profondément, et vous savez que la source de chaleur est au-dessous, car il n’y a rien plus haut…


Wolfcow – Take My Hand in Yours


Wolfcow – Cool Animal

Cityscape :: Ottawa

Ottawa

Dear Ottawa: Congrats! You’ve just finished your awkward phase. As the shy sibling of loudmouths Toronto and Montreal, you’re the introvert given a makeover, ’90s teen movie style. Now that you have your glasses off, I can’t help but kick myself for never noticing how charming you were before. You’re still a little quiet at times, but I’ve seen you rage at basement shows. With that bottle of corner store wine in your hands, you dance harder out of loyalty for the locals who always stuck by your side than for the out-of-town headliners who ignored you in middle school. Despite what they may yell in the hallways, you just keep walking with your head up, leaving those jerks to stare at the Bruised Tongue back patch on your jean jacket in wonder of how you got So Damn Cool.


Average Times – Summer Nights


New Swears – See You in Hull


The Steve Adamyk Band – Ontario

Gabba Hey

Gabba Hey
(Records, shows, rehearsal spaces)
Visit the Facebook page for more info.
[Photo: Andrew Carver]

  • LGBTQ+ friendly
  • Not currently wheelchair accessible, owner has plans to build ramp shortly

A combination record store, venue and rehearsal space run by Ottawa renaissance man and former White Wires bassist Luke Nuclear, Gabba Hey has been home to some of the wildest shows I’ve been worthy to witness (case in point: an April performance by Nap Eyes has left everyone in the city obsessed with Whine of the Mystic). At the adjacent record store, you can always be sure to find a gem, whether it’s a 7” from Ottawa ex-pat Peach Kelli Pop, a Bruised Tongue cassette or an old Million Dollar Marxists t-shirt. Make sure you grab a few local zines from the shelf; I’d recommend Pancake by Sacha KW or Night Shift by JM Francheteau.

Pressed

Pressed
(Sandwiches, zines, shows)
750 Gladstone Ave. Contact: (613) 680-9294
[Photo: Daryl Andrew Reid]

  • LGBTQ+ friendly
  • All-ages accessible
  • Portable ramps for wheelchair accessibility, ask staff for help/access
  • Two steps into the building, one step into the washrooms

Vegan sandwiches. Waffles with meat. Spicy chips. If you’re in Ottawa, you definitely gotta eat here. Cozy vibes all around, from the old church pews for sitting to the local art hanging on the walls. With a zine rack managed by Lily Pepper, Pressed is very friendly towards Ottawa zinesters. The space is also the go-to cafe for all-ages entertainment, and I’ve seen everyone from Cousins to Cold Warps slay the tiny stage. If the windows steam up during a show, you know it was a good one.

Mugshots

Mugshots
(DJ nights, shows, drinks)
75 Nicholas St.
Contact: mugshots@hihostels.ca
[Photo: Andrew Carver]

  • LGBTQ+ friendly

As a haunted outdoor jail bar, it’s safe to say that Mugshots is the only institution of its kind in the city. Mugshots is home to a variety of killer monthly events that take place in the courtyard: Ceremony for raving, Funhouse for spazz-punk, and Fryquency: a pay-what-you-can event put on by Debaser. Get a bit too crazy with the dark ‘n’ stormys? Spend the night hanging out with spirits in the hostel next door.

House of Targ

House of Targ
(Pinball, perogies, shows, DJ nights)
1077 Bank St.
Contact: (613) 730-5748
[Photo: Daryl Andrew Reid]

  • LGBTQ+ friendly
  • All-ages accessible (daytime)
  • Steep set of stairs to get down, call for wheelchair accessibility

One of the newest and coolest venues in the city, House of Targ is slowly transforming all of us from pizza punks to perogie punks. Equal combination arcade, stage and gastronomical delight, House of Targ is the only place in Canada where you can watch Pregnancy Scares throw down and play pinball at the same time. Sunday nights are reserved for the weekly session of Toughen Up!, where $5 grants you access to freeplay pinball and power-pop tunes spun all night long. Sensory overload for sure, but doesn’t it feel good to be alive? All ages are welcome during daylight, but shows are reserved for the 19+ crowd.

Birdman Sound

Birdman Sound
(Records, records, records)
593-B Bank St.
Contact: (613) 233-0999
[Photo: Andrew Carver]

  • LGBTQ+ friendly
  • Wheelchair accessible

Established in 1991, Birdman Sound has often been cited as one of the best record stores in Canada, and is certainly up on the list in Ottawa. Managed by John Westhaver, stickman for The Band Whose Name Is A Symbol and long-time host of Friday Morning Cartunes on CKCU 93.1 FM, Birdman Sound has a good selection of fairly-priced new and used vinyl, covering many an obscure genre with everything from krautrock to post-punk, with a good stock of local punk releases as well. Don’t forget to get a copy of Small Talk on the way out!

Ottawa Explosion

Ottawa Explosion
(“A blog, a fest and your best friend”)
Contact: ottawaexplosion@gmail.com
[Photo: Daryl Andrew Reid]

  • LGBTQ+ friendly
  • Multiple venues; accessibility varies

Described as “a blog, a fest and your best friend,” Ottawa Explosion is a go-to resource for any show or band worth hearing in town (and beyond). The background brain behind it all is Emmanuel Sayer, programming director at CHUO 89.1 FM, City Slang co-host, Crusades guitarist… the dude keeps busy! Sprung from the remains of Gaga Weekend, Ottawa Explosion Weekend has grown into a five-day punk fest taking place every June that feels more like a super-cool family reunion than a group of kidults losing their minds to Thee Nodes. It’s not limited to summer, however: Emmanuel books shows all year round, and updates the blog with listings and new videos from local acts. Confession time: as a (younger) teenager, I would look through the show listings on the site, see what bands were playing and then buy all their albums. So, Emmanuel has basically determined my entire taste in music. Weird / rad!

Arboretum Music + Arts Festival

Aboretum Music + Arts Festival
(Festival, food, art)
[Photo: Andrew Carver]

  • LGBTQ+ friendly
  • Multiple venues; accessibility varies

Aboretum is the sleeked up yet still hip younger cousin of Ottawa Explosion Weekend, the one who doesn’t have any tattoos (or at least, any visible ones.) A non-profit cultural extravaganza of tunes, gourmet food, local art and workshops established in 2012, Aboretum is curated by Rolf Klausener of The Acorn and Silkken Laumann and now occurs every August. Don’t think that just because it’s polished means its square: last year’s show on the free stage ended in New Swears instigating a food fight in the Club SAW courtyard, whipped cream and crowdsurfing included.

Pizza Shark

Pizza Shark
($2 for a slice, $4.20 for a combo, seriously)
569 Gladstone Ave.
Contact: (613) 563-9999
[Photo: via pizzashark.ca]

  • Small set of stairs to walk up

Urban legend for diehards and locals only. Immortalized in song by local witches Bonnie Doon. Singer and second bassist Lesley Demon once told me, “If you eat at Pizza Shark, you will have a pizza shart.” Let it be clear: the place does not serve very good food. But you could probably tell that by the white Cadillac parked out front with the P SHARK license plate. After a show on Gladstone, it is likely you will wind up there at 2 a.m., stumbling around hungry with only a toonie. And that’s just enough for a slice. Just like Ottawa itself, Pizza Shark is small, stigmatized and totally ours – and that’s exactly why we love it.

Chère Ottawa : félicitations! Tu es passée au travers de ta période gênante. Tu es la petite soeur timide de Montréal et Toronto, tu es l’introvertie à qui on a offert une transfo-beauté, style années 90. Maintenant que tu as laissé tomber les lunettes, je me mords les doigts de ne pas avoir remarqué tout ton charme auparavant. Malgré que tu restes reservée de temps en temps, je t’en vue t’enflammer dans des concerts de sous-sols. Avec une bouteille de vin de dépanneur à la main, tu danses passionnément, plus par amour pour les ‘locaux’ qui sont toujours restés à tes côtés que pour les gros noms qui t’ignoraient dans la cour d’école. Malgré ce qu’ils crient dans les corridors, tu marches la tête haute, laissant à ces connards, les yeux rivés à ta poche de jeans fièrement agrémentée d’une patch de Bruised Tongue, le soin de se demander comment tu es devenue si cool.


Average Times – Summer Nights


New Swears – See You in Hull


The Steve Adamyk Band – Ontario

Gabba Hey

Gabba Hey
(Vinyles et disques, concerts, locaux de pratique)
Visitez la page facebook pour plus d’informations.
[Photo: Andrew Carver]

  • Les gens s’identifiant comme LGBTQ+ sont bienvenus.
  • Présentement non-accessible aux chaises roulantes, le proprio prévoit construire une rampe.

Une combinaison gagnante : un magasin de musique, un espace de spectacle et des locaux de pratique gérés par Luke Nuclear, l’Ottavien polymathe et ancien bassiste de White Wires. Gabba Hey fut la mère porteuse de quelques-uns des plus débiles concerts que j’ai vu. (Pour le prouver : une performance en avril de Nap Eyes a rendu tout le monde obsédé par Whine of the Mystic. Dans la boutique, tu es pratiquement assuré de trouver un trésor, que ce soit un 7 pouces par l’Ottavienne expatriée Peach Kelli Pop, une cassette de (Bruised Tongue)(http://weirdcanada.com/tag/bruised-tongue/) ou un vieux t-shirt de Million Dollar Marxists. Ramasse un fanzine avant de partir. Mes recommendations : Pancake de Sacha KW ou Night Shit de JM Francheteau.

Pressed

Pressed
(Sandwiches, fanzines, concerts)
750 Avenue Gladstone
Contact : (613) 680-9294
[Photo: Daryl Andrew Reid]

  • Les gens de tout âge et les gens s’identifiant comme LGBTQ+ sont bienvenus.
  • Rampe disponible pour donner accès aux chaises roulantes, demandez de l’aide aux employés.
  • Deux marches pour entrer dans l’immeuble, une marche pour les toilettes.

Sandwiches végétaliens. Gaufres à la viande. Croustilles épicées. Si vous passez par Ottawa, vous devez manger là. L’endroit est totalement chaleureux, des bancs d’église en guise de sièges en passant par les oeuvres d’artistes locaux accrochées aux murs. Avec sa mini-bibliothèque de fanzines dirigée pas Lily Pepper, Pressed tisse des liens d’amitié importants avec la communauté de zinesteurs. L’espace est aussi le café numéro 1 pour le divertissement tout âge, et j’ai pu apprécier la présence de tout le monde, de Cousins à Cold Warps, sur la petite scène. Si les fenêtres s’embuent pendant le concert, tu sauras que c’est génial là-dedans.

Mugshots

Mugshots
(Soirée DJ, concerts, buvette)
75 Rue Nicholas
Contact : mugshots@hihostels.ca
[Photo: Andrew Carver]

  • Les gens s’identifiant comme LGBTQ+ sont bienvenus.

Puisque c’est un bar-prison hanté, je crois qu’il est facile de dire que Mugshots est la seule institution en son genre dans la ville. Mugshots est le théatre d’une foule d’évènements mensuels du tonnerre, qui prennent place dans la cour : Ceremony pour les raves, Funhouse pour le punk eccentrique, et Fryquenc, un évènement à contribution volontaire organisé par Debaser. Vous avez légèrement abusé des dark ‘n’ stormys? Passez la nuit à (ne pas) dormir avec les esprits à l’auberge juste à côté.

House of Targ

House of Targ
(Pinball, perogies, concerts, soirées DJ)
1077 Rue Bank
Contact: (613) 730-5748
[Photo: Daryl Andrew Reid]

  • Les gens s’identifiant comme LGBTQ+ sont les bienvenus.
  • Accessible à tous les âges (jour)
  • Des marches pour descendre, appelez pour l’accessibilité aux chaises roulantes.

Un des plus cools et des plus récents établissements, House of Targ nous transforme lentement de pizza-punks à pérogies-punks. Une combinaison gagnante d’arcade, de scène et de délices gastronomiques, House of Targ est le seul endroit au Canada où tu peux voir Pregnancy Scares se défoncer et jouer au pin ball en même temps. Les dimanches soirs sont les soirs Toughen Up!, là où 5 $ te donnent accès illimité aux machines de pin ball et aux meilleurs tubes power-pop, toute la soirée. Certainement une surdose pour les sens, mais n’est-il pas bon d’être en vie ? Pendant le jour, l’accès est tout âge mais les concerts sont 19 ans et plus.

Birdman Sound

Birdman Sound
(Musique, musique, musique)
593-B Rue Bank
Contact: (613) 233-0999
[Photo: Andrew Carver]

  • Les gens s’identifiant comme LGBTQ+ sont les bienvenus.
  • Accessible aux chaises roulantes.

Établi en 1991, Birdman Sound retient l’attention depuis longtemps comme un des meilleurs disquaires indépendants au Canada et est certainement au haut de la liste pour Ottawa. Géré par John Westhaver, batteur pour The Band Whose Name Is A Symbol et animateur aguerri de Friday Morning Cartunes sur CKCU 93.1 FM, Birdman Sound offre une bonne sélection de disques neufs et usagés, couvrant une multitude de genres obscurs, du krautrock au post-punk, en laissant une place particulière aux bands punks locaux. N’oublie pas ta copie de Small Talk à la sortie!

Ottawa Explosion

Ottawa Explosion
(“Un blogue, un festival, ton meilleur ami”)
Contact: ottawaexplosion@gmail.com
[Photo: Daryl Andrew Reid]

  • Les gens s’identifiant comme LGBTQ+ sont les bienvenus.
  • Espaces multiples, l’accessibilité varie.

Étant décrit comme ‘’un blogue, un festival, ton meilleur ami’’, Ottawa Explosion est la ressource numéro 1 pour tous bands ou concerts qui méritent ton attention à Ottawa (et ailleurs !). Le génie derrière ce projet est Emmanuel Sayer, directeur de la programmation à CHUO 89.1 FM, co-animateur de City Slang, guitariste de Crusades… le gars se garde occupé ! Né des restes de Gaga Weekend, Ottawa Explosion Weekend a évolué pour devenir un festival punk de 5 jours à ajouter au calendrier chaque mois de juin. C’est plutôt une réunion de famille hyper cool qu’une bande d’enfants-adultes qui perdent la tête sur Thee Nodes. Ce n’est pas seulement l’été: Emmanuel organise des concerts toute l’année et tient le blogue à jour avec des nouvelles et des vidéos de bands locaux. Confession : quand j’étais une jeune adolescente, je passais mon temps à lire la liste des concerts et j’achetais les albums de tous les bands. Emmanuel a façonné mes goûts musicaux. Bizarre mais génial!

Arboretum Music + Arts Festival

Aboretum Music + Arts Festival
(Festival, bouffe, art)
[Photo: Andrew Carver]

  • Les gens s’identifiant comme LGBTQ+ sont les bienvenus.
  • Espaces multiples, l’accessibilité varie.

Aboretum, c’est le cousin cool mais bien peigné d’Ottawa Explosion Weekend, celui qui n’a pas de tatouages visibles. Un évènement à but non-lucratif de chanson, de bouffe gourmet, d’art et d’ateliers établis en 2012, Aboretum est organisé par Rolf Klausener de The Acorn et de Silkken Laumann et prend place chaque mois d’août. Il serait faux de penser que c’est poli parce que c’est pincé : le concert de l’année dernière sur la scène principale s’est terminé avec New Swears initiant une guerre de bouffe dans la cour du Club SAW, la crème fouettée et le ‘croudsurfing’ inclus.

Pizza Shark

Pizza Shark
($2 pour une pointe, $4.20 pour un combo, sérieusement)
569 Avenue Gladstone.
Contact: (613) 563-9999
[Photo: via pizzashark.ca]

  • Quelques marches à monter.

Une légende urbaine pour les irréductibles et la faune locale. Immortalisé en chanson par les sorcières de Bonnie Doon. La chanteuse et bassiste Lesley Demon m’a déjà dit : ‘’Si tu manges chez Pizza Shark, ça pourrait mal finir’. Soyons honnête, l’endroit ne sert pas de la très bonne bouffe. Mais c’était presque évident en voyant la cadillac stationnée en face avec son immatriculation ‘‘P SHARK’’. Après une soirée sur l’avenue Gladstone, il y a de bonnes chances que tu t’y retrouves à 2 heures du mat, avec une pièce de deux dollars en poche et un p’tit creux. Et c’est juste assez pour une pointe. Comme Ottawa, Pizza Place est petit, stigmatisé et totalement nôtre, et c’est pourquoi on l’aime autant.