Category: New Canadiana

New Canadiana :: The Beverleys – The Beverleys EP

The Beverleys - The Beverleys EP

Buzz Records’ winning streak continues with this crucial three-song EP. The Henry’s Dress-style blown-out mucky low-end is kinda miraculous given that the trio doesn’t even feature bass (not even one!). Gush to your inner Warped Tour teen about the return of the much-missed boozy Brody Dalle snarl on “Bad Company”, and rejoice that “Dream” reclaims the epic mode of punk songcraft from the legions of post-Tim bozo phonies. Driven by that hardcore sprint, the pit-ready “This Is Not A Union” is an alternative history of grunge in which the ones who like to sing along and like to shoot their guns didn’t win out. If you haven’t had enough, don’t miss their cover of a TO classic.

La série de succès de Buzz Records continue avec cet essentiel EP de trois chansons. L’explosion crasseuse bas de gamme dans le style de Henry’s Dress est plutôt miraculeuse puisque le trio n’utilise pas de basse (même pas une seule!). Extasiez-vous sur le retour du grognement bien arrosé à la Brody Dalle qui vous a tant manqué avec votre adolescent intérieur pendant « Bad Company », et réjouissez-vous que « Dream » récupère l’art épique de la chanson punk auprès des légions d’imposteurs post-Tim. Poussée par ce sprint hardcore et prête pour la fosse, la chanson « This Is Not A Union » est l’histoire alternative du grunge, dans laquelle ceux qui aiment chanter en choeur et ceux qui aiment tirer leurs fusils ne triomphent pas. Si ce n’est pas assez pour vous, ne manquez pas leur cover d’un classique de Toronto.

The Beverleys – Dreams

The Beverleys – Bad Company

New Canadiana :: Archery Guild – Manitòk

Archery_Guild_front-web

Dream sequences hint at things hidden and mythical from our collective memories, experiences that we can all understand even if they’re hard to explain. Michael Cota is adept at allegory, able to coax meaning from the music and texts on this album. What this means is that Manitòk’s oblique narrative is fully realized and succinctly fleshed out by his multi-tasking band mates. Like the guiding northern star of a boreal night, these sound-stories remain a beacon for campfire vigils. An Algonquin homeric epic-in-miniature, well worth a spin while on your settee.

Les séquences de rêves font allusion aux choses cachées et mythiques de nos mémoires collectives, des expériences que nous pouvons tous comprendre malgré le fait qu’elles soient difficiles à expliquer. Michael Cota est un adepte des allégories et capable d’amadouer une signification par la musique et les textes de cet album. Cela veut dire que la narration oblique de Manitòk est tout à fait accomplie et étoffée de manière concise par ses copains de groupe qui font plusieurs choses à la fois. Tout comme l’étoile du Nord qui guide dans la nuit d’une aurore boréale, ces histoires en sons restent le signal pour les veilles de feu de camp. Un Algonquin homérique, grandiose en miniature, qui vaut bien la peine d’être écouté sur votre canapé.

Archery Guild – Blood Comfort

Archery Guild – Meadow

New Canadiana :: Flash Palace – Ceiling All

Flash Palace - Ceiling All

Warm-wave syncopation and ambient washery commix at the point where petrichor becomes mistaken for the redolence of dream-smoke delirium. Soft echoes bounce off swaying arms symptomatic of space seekers gathering en masse; dirigible minds at the confluence of arteries where grey areas expand between the here and there. These tepid waters lap against the granulated microcosms of brain-gelled banks as cranial overstimulation pushes us further into the deepening depths of calm-Kraut while the impressible features of cotton-soft cataclysms are worn as guards against mechanosensation-al listlessness.

Des syncopes fiévreuses et des vagues ambiantes se rencontrent là où l’on confond le petrichor avec l’odeur d’un délire aux contours oniriques. De doux échos rebondissent sur des bras qui ondulent, un symptôme de ces grands rassemblements où se réunissent ceux qui [recherchent l’espace(http://weirdcanada.com/2014/03/new-canadiana-each-other-being-elastic/). Des esprits dirigeables là où les artères se croisent, là où les zones grises se dilatent entre ici et là-bas. Ces eaux tièdes lapent les grèves gélatineuses de microcosmes granuleux, alors que le surplus de stimulations crâniennes nous pousse plus loin dans les profondeurs profondes du calm-Kraut, pendant que les particularités impressionnables de cataclysmes doux comme du coton sont portées comme des armures contre la lassitude mécanique des sens.

Flash Palace – Some Set Sun

Flash Palace – Uoi

New Canadiana :: The Silver Skeleton Band – Snake Highs

The Silver Snake Band - Snake HIghs

Nick Dirksen and the gang have returned with another collection of ghoulish shanties that cast spells on your corporeal functions and drive you to dance. Next thing you know, you’re throwing back strange brews with Dante at his Inferno beach party to welcome the recently deceased. These dudes surely surf the same lysergic waves as Dennis Wilson and the dark side of the Beach Boys, as their cult of nostalgia worships and apotheosizes the shadowy transgressions of the venerated past.

Nick Dirksen et sa bande sont de retour avec une nouvelle collection de chansons de marin macabres qui jettent un sort sur vos fonctions corporelles et qui vous poussent à danser. Tout à coup, vous êtes sur la plage en train de boire des boissons étranges avec Dante, à un party de bienvenue pour les récemment défunts. Ces gars surfent sans doute sur les mêmes vagues lysergiques que Dennis Wilson et le côté sombre des Beach Boys, alors que leur culte nostalgique adore et glorifie les transgressions obscures d’un passé vénérable.

The Silver Skeleton Band – Isolation

The Silver Skeleton Band – Silver Samba

New Canadiana :: LATHE – II

lathe_II-front-web

This live, two-song cassette takes its time warming up to you, never trying to overwhelm with sparse, string-bending riffs and subdued drums, hazily evocative of latter-day Earth. That’s not to say it hangs back in the shadows, too timid to communicate with strangers. It listens patiently, is comfortable with silences, chooses its words thoughtfully. And anyway, once the ice is broken, it’s clear that Lucas Huang (guitar/voice) and Liam Cole (drums) are deep in fervent conversation, and would rather not be disturbed.

Cette cassette de deux chansons enregistrées live vous réchauffe lentement, sans jamais essayer de vous submerger avec ses riffs épars qui tordent les cordes et sa batterie feutrée, qui évoquent vaguement les derniers jours de Earth. Cela ne veut pas dire qu’elle se tient dans l’ombre, trop gênée pour approcher les étrangers. À l’aise dans le silence, elle écoute patiemment et choisit ses mots avec soin. Et de toute façon, une fois la glace brisée, il devient clair que Lucas Huang (guitare/chant) et Liam Cole (batterie) sont absorbés par une conversation passionnante et qu’ils préféreraient ne pas être dérangés.

LATHE – Aoth Towr

LAHTE – Nobody’s Fault but Mine

Cameo :: Bile Sister on Nick Persons – Agony Ecstacy

Nick Persons - Agony Ecstacy

Radio-wave signals are temperamental when driving between Toronto and Montreal. In classic road trip fashion, your tape deck is broken but at least you got the radio. The search button is permanently pressed, so channels laced with static frantically switch. Normally this drags, but luckily you realize a demented genius has taken over the dials to save your trip vibes. You dig his mind-blowing style and hand the power over to your new DJ, Nick Persons. The destination is known but the journey is full of surprises.

Agony Ecstasy is an abrasive yet chilled out exploitation of recognizable hits juxtaposed with obscure tunes. Nick Persons expresses the tweaked result of a ’90s hip-hop music consumer baby within a warped ’70’s disco/soul template to create an innovative style of lo-fi experimental rap. His pitch-shifted vocals are slyly seductive, while paying tribute to the art of sampling. Mangled, interwoven sounds are chopped at random to pave a bizarro, disjointed beat. While totally authentic, some moments are vaguely familiar, others intentionally recognizable. I vibe this sonic adventure, it takes me places. Agony Ecstasy is an all-night channel-surf party on a helium-rap, noise-sparkled casino cruise.

Feel the sexual groove, the abrasive touch. A DJ mentality combined with an impulsive tick. Nick Persons is a statement, a persona, and a concept embodied. Keep an open mind. Jackson Darby and his drummer/keyboardist sidekick ‘Rawky’ Rosenberg have tapped into a new genre. Give in and take a dip.

Bile Sister is the weird pop music project of Julie Cylia Reich, who performs live with a full band. Julie also goes by the pseudonym DJ Garbage Body as a promoter, blogger, writer, amateur journalist and ‘performance’ DJ. Ding!

Les ondes radios sont capricieuses lorsqu’on roule entre Montréal et Toronto. Un classique du voyage en voiture: le lecteur-cassette est brisé mais au moins, il y a la radio. Le bouton de recherche constamment appuyé, les postes se mélangent frénétiquement avec la statique. C’est généralement assez pénible, mais, imaginez qu’un génie dément prenne possession des ondes pour regénérer l’ambiance du voyage. Vous aimez son style hallicinogène et remettez les pouvoirs à votre nouveau DJ, Nick Persons. La destination est connue mais le chemin, rempli de surprises.

Agony Ecstasy est un agencement abrasif mais chill de tubes reconnaissables juxtaposés à d’obscures perles pop. Nick Persons exprime le résultat tordu d’un hip hop des années 90s grand public intégré dans un modèle déformé de disco/soul des années 70s, pour créer un style innovateur de rap lo-fi expérimental. Ses voix pitch-shiftées prennent des airs de séduction rusée, tout en rendant hommage à l’art du sampling. Des sons méconnaissables entrelacés semblent coupés aléatoirement afin de paver un beat bizarro décousu. Quelques moments sont vaguement familiers, d’autres intentionnellement reconnaissables, mais l’ensemble est totalement authentique. Je sens bien l’aventure sonique, ça me fait voyager. Agony Ecstasy c’est un party où l’on surf dans les postes de télé toute la nuit sur un rap d’hélium, une croisière-casino étincellante de noise.

Sentez le groove sexuel, le toucher abrasif. Une mentalité de DJ avec une coche impulsive. Nick Persons, c’est une affirmation, un personnage, l’ l’incarnation d’un concept. Gardez l’esprit ouvert. Jackson Darby et son allié drummer/claviériste ‘Rawky’ Rosenberg ont tapé dans un nouveau style. Succombez et mouillez-vous un peu.

Bile Sister est le projet weird pop de Julie Cylia Reich, qui se produit sur scène avec un band complet. Julie agit également sous le pseudonyme DJ Garbage Body en tant que promotrice, blogueuse, auteure, journaliste amateure et D.J. “perfomeuse”. Ding!

Nick Persons – Eventually Crash

Nick Persons – Hiding in a Bush like a Grouse

New Canadiana :: Various Artists – Howl Live

Various Artists - Howl Live

CKUT and Howl! Arts present a live record of Montreal’s barrier-pushing creative minds, echoing spaces transformed by resident noisemakers and active listeners. Curated from three years’ worth of shows, the album brings together unique voices to form a flowing narrative. Unraveling through interactions, delicate sounds reverberate into distortion while dissonant modes tune to surrounding tensions and movements. As each track passes, an added layer of meaning appears in the relationship between each piece; Sarah Pagé’s harp playing in the back of memory as Jason ‘Blackbird’ Selman recites his poetic words. In the digital age, the power of the live experience has only become greater.

CKUT et Howl! Arts présentent un disque live qui nous vient des esprits créatifs les plus innovateurs de Montréal, et où les espaces résonnants sont transformés par les musiciens et les auditeurs actifs. Élaboré à partir de trois ans de spectacles, l’album réunit des voix uniques pour former un récit fluide. S’effilochant au fil des interactions, des sons délicats résonnent et se distordent, alors que des modes dissonants s’accordent sur les tensions et les mouvements environnants. Chaque chanson ajoute à la signification qui lie les pièces les unes aux autres: la harpe de Sarah Pagé joue au fond de nos souvenirs, pendant que Jason ‘Blackbird’ Selman récite sa poésie. À l’ère numérique, le pouvoir de l’expérience live n’a fait que s’accroître.

Norsola Johnson – For Ezra

Jason Blackbird Selman – Sedgwick Ave.

New Canadiana :: Wizard Of – Face/Skeleton

Wizard_Of_cover-web

Human and machine are inseparable. Neon-soaked concrete has enveloped the planet’s surface. A view from space leaves Earth with a sickly greyed hue that hints at a pale coloured undertone. Doomsayers revel in humanity’s fate. An industrial society has left the landscape charred and dotted with synthetic sanctuary. The population has scarred its very genetic makeup with the hallowed promises of technology. As the world burns, and the damned beg and pray, some reflect on where it went wrong; all you do is dance.

L’homme et la machine sont inséparables. Du béton trempé au néon a envelopé la surface de la planète. Vue de l’espace, la Terre prend une teinte grise maladive qui laisse entrevoir une nuance pâle. Les pessimistes se réjouissent du destin de l’humanité. Une société industrielle a laissé le paysage calciné et parsemé de refuges synthétiques. Notre composition génétique même a été marquée par les promesses vides de la technologie. Pendant que le monde brûle et que les damnés supplient et prient, alors que d’autres se demandent où les choses se sont gâtées, vous ne faites que danser.

Wizard Of – Face I

Wizard Of – Skeleton VI

New Canadiana :: Himalayan Bear – Hard Times

Himalayan Bear - Hard Times

The Himalayan Bear is the way west coast version of the Yeti, except this beast is more like a moseying minstrel. One you might find slinging beers or strumming guitars inside Victoria’s Tavern of the Damned. One you’ve seen alongside the likes of other Victoria music heroes. On wax, Hard Times unspools like a grand tapestry. These songs strike a lingering loneliness that can only be understood through the crashing crescendos.

L’ours de l’Himalaya est la version côte ouest du Yeti, sauf que cette bête fait davantage penser à un troubadour flâneur. Un de ceux que vous pourriez trouver à Victoria, dans la Tavern of the Damned, en train d’enfiler des bières ou de gratter sa guitare. Un de ceux que vous avez vus graviter aux côtés d’autres héros de la scène musicale de Victoria. Sur disque, Hard Times se déroule comme une imposante tapisserie. Les chansons assènent une solitude persistante qui ne peut être comprise que par le truchement des crescendo qui se fracassent.

Himalayan Bear – Hard Times

Himalayan Bear – Half Wit Son

Festivities :: SappyFest 9

SappyFest 9

SappyFest is my favourite music festival in the whole wide world. I know many others who feel the same way. From the top of Bridge Street we exclaim, “As long as there is a SappyFest, I will be there!” It will always be more than the sum of its parts. It is a migration, a homecoming, and a reunion. And to think we nearly lost this piece of swamp magic.

SappyFest 9

“Welcome Home!” – Jon Claytor (SappyFest co-creator)

SappyFest 9

  • Photo: Colin Medley
  • “Is there any way we can get in to see COOL? I just want to see COOL!” – Jesse Locke

    <<< read more >>>

    SappyFest 9

  • Photo: Rico Moran
  • “You’ve got mail!” – City Mail delivery kids

    SappyFest 9

    “Everyone I talked to had a different favourite band. That’s what makes this an amazing festival.” – David Lander (Kazoo)

    SappyFest 9

  • Photo: Colin Medley
  • “Dude! I’m so happy and stoked that I’m, like, getting that pain in my chest like that time at Lawnya Vanya.” – Lucy Niles (The Mouthbreathers)

    SappyFest 9

  • Photo: Colin Medley
  • “I think I finally ‘get’ SappyFest” – Paul Lawton (The Ketamines)

    SappyFest 9

  • Photo: Colin Medley
  • “When the festival was over, I couldn’t stop sobbing. I went over to Thunder & Lightning, and Jon asked me what I was having. ‘Gin and Tears’.” – Joni Andrews (Sappy board member and organizer)

    SappyFest est le festival de musique que j’aime le plus au monde. Et je ne suis pas le seul à le penser. Du haut de la rue Bridge, nous nous exclamons : « Tant que le SappyFest existera, je serai là! ». SappyFest sera toujours bien plus que la simple addition de ses composantes. C’est une migration, un retour aux sources et un rassemblement. Dire que l’on a failli perdre ce petit bijou…

    SappyFest 9

    « Bienvenue chez vous! » – Jon Claytor (co-créateur de SappyFest)

    SappyFest 9

  • Photo: Colin Medley
  • « Est-ce qu’il y a un moyen d’entrer pour voir COOL? Je veux juste voir COOL! » – Jesse Locke

    <<< la suite >>>

    SappyFest 9

  • Photo: Rico Moran
  • « Du courrier pour vous! » – Les enfants livrent le courrier

    SappyFest 9

    « Tous ceux à qui j’ai parlé avaient un groupe préféré différent. C’est cela qui fait que ce festival est génial. » – David Lander (Kazoo)

    SappyFest 9

  • Photo: Colin Medley
  • « Je suis tellement contente et excitée que je ressens la même douleur dans la poitrine que celle que j’ai ressentie à Lawnya Vanya. » – Lucy Niles (The Mouthbreathers)

    SappyFest 9

  • Photo: Colin Medley
  • « Je pense que je comprends enfin SappyFest » – Paul Lawton (The Ketamines)

    SappyFest 9

  • Photo: Colin Medley
  • « Quand le festival s’est terminé, je ne pouvais pas m’arrêter de sangloter. Je suis allée à Thunder & Lightning et Jon m’a demandé ce que je voulais commander. Je lui ai dit : ‘Gin and Tears’. » – Joni Andrews (membre et organisatrice de Sappy)